Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sous le soleil blanc du silence

Nouveau roman bientôt à terme... la Fin est proche...

 

 las negras.jpg
Septembre 2012, Carboneras (Espagne)

Moi, je ne connais pas l’Algérie d’aujourd’hui. Et je ne suis pas certain de vouloir la connaître. Ni maintenant. Ni plus tard. Ni jamais.

Je ne veux garder en mémoire que l’autre Algérie. Celle qu’ils ont tuée. Celle qui est morte sous les balles de l’assassinat gaulliste.

 

Je n’oublierai jamais l’Algérie française. Ni ceux qui l’ont tuée, pas plus que je ne leur pardonnerai de nous avoir arraché ce morceau de France qui fut, là-bas, le sang qui irriguait nos cœurs.

« Mais qui a tué la France en Algérie ? » seraient en droit de se demander les générations d’aujourd’hui, tant la complexité du drame de l’Algérie française assassinée nécessite à mon sens un nouvel ordre de pensée et de jugement.

 

 

Derniers chapitres, dernières pages, dernières douleurs...

 

att8.jpgMoi, ancien combattant de l’O.A.S., comment pourrais-je oublier ? C’est impossible. Pas seulement parce que j’ai combattu, et, je dirais, même si ce combat nous l’avons perdu. Il faut savoir accepter le verdict de nos destinées, dès l’instant où nous avons le sentiment et la certitude d’avoir défendu nos valeurs, nos espérances et notre idéal, avec honneur et conviction.

Moi, comme d’ailleurs tout le peuple pied-noir, je n’oublierai jamais nos morts, notre beau pays, notre soleil blanc, notre mer bleue-encre, nos senteurs d’oranger, notre jeunesse et tout ce que nous avons laissé là-bas, par la faute d’un seul homme qui a trahi la nation en l’assassinant de plusieurs coups de poignard. Car, ne nous y trompons pas, depuis le départ, c’est-à-dire dès son retour au pouvoir en 58, et même bien avant, il avait tout pensé, tout calculé, tout prémédité.

    
oran-5.jpg

Mais je m’égare. Je m’égare. Je ne veux pas raviver en moi ces douleurs dévorantes.

J’aspire à la tranquillité. À la sérénité.

Au repos de l’esprit.

Commentaires

  • Bonjour à Jef Nicolas et à la famille . Quel plaisir de travailler avec lui à PARIS Central Diderot . Je commande assez souvent des livres en Librairie . Problèmes donc avec les petits éditeurs . Contacte-moi JeF : Cité Vialarels D29 12300 Decazeville . Je peux aussi présenter JeF au réseau Médiathéque du Bassin comme je l'ai fait pour Christian Viguié natif de Decazeville et ami . Les lecteurs de rencontre peuvent essaimer . Bisous . The end .

  • Hello, Honte à ce de Gaulle qu on cite comme le plus grand homme de la 5eme république. Grand par la taille non dans son âme. Déjà en 40, oui il a parlé de résistance bien planqué à Londres, pendant que les maquisards et d autres ont sacrifié leurs vies, leurs familles pour l honneur de la France.
    Idem en 68 , ce grand lâche a disparu des radars quelques jours bien planqué quand la revolte de rue grindait.
    Quant à l Algérie il l a sacrifiée en trompant les Français de métropole et d Algerie uniquement pour assouvir ses fins megalomanes de pouvoir en 58.... Et Macron continue plus que jamais à salir les Pieds noirs par des phrases assassines.

Écrire un commentaire

Optionnel